Action,  Critiques,  Fantastique

Avengers Infinity War : le blockbuster au-delà des espérances

Véritable film choral poussé de grâce dans le panthéon héroïque cinématographique, bien plus captivant que ses deux aînés. Chaque transfert entre l’espace et le temps est remarquable et crée une unique histoire dont Thanos est la plus grande réussite. Pas mal pour un méchant tant attendu des scènes post-génériques.

La fin est proche. Le Marvel Cinematic Universe s’est lancé dix ans auparavant avec Iron Man et a continué de se développer unissant les personnages et les intrigues pour ne faire plus qu’un lors de la bataille finale. Quelle prouesse d’avoir réussi à réunir la quasi-totalité des super-héros de la franchise dans un même espace cinématographique qu’est un film. Infinity War prépare la phase finale d’un univers mythique qui a regroupé au fil des années une multitude de fans de toute la planète. Beaucoup pourrait jalouser ce qu’a fabriqué Marvel en créant un monde cohérent et si apprécié dans sa longueur.

Avengers Infinity War – Joe Russo, Anthony Russo (2018)

Thanos menace l’univers tout entier de s’effondrer en divisant sa population de moitié. Sa vision est de sauver l’humanité en la réduisant de cinquante pourcent. Cette décision à l’algorithme au hasard est le début de l’apocalypse. Pour cela, il doit rassembler les six pierres d’infinités. Chacune d’entre elles possède un pouvoir : l’espace, l’esprit, l’âme, la réalité, le temps et le pouvoir. Qui d’autre que ces super-héros pour l’en empêcher ?

Afin de regrouper chaque individualité ou groupe héroïque, les frères Russo co-réalisateurs du film ne peuvent que se servir d’un montage alterné qui permettra au récit d’avancer sous sa forme la plus bénéfique. Beaucoup d’histoires dans une même intrigue où beaucoup ne se croiseront à aucun moment, mais chacun d’entre eux est lié autour d’un même homme : Thanos. Ce méchant au futur iconique porte à lui tout seul ce nouveau Avengers par sa carrure, sa force et sa psychologie plus poussée que la moyenne par rapport aux anciens antagonistes déjà vus dans le MCU. Et oui, un méchant qui pleure, ça existe. Pourtant, ne nous laissons pas duper par ses larmes, plus terrifiantes qu’attendrissantes. Là où les deux premiers opus offraient un combat manichéen sans réellement aller au fond de l’aventure, on a grâce à Infinity War le temps de créer un conflit majeur, extrêmement important dont les origines se sont créées petit à petit, où la fureur de l’ennemi casse les codes du super-héros invincible.

Pleine réussite pour Marvel autant scénaristiquement que visuellement, dont chaque paysage est un voyage permanent dans l’espace et dans les terres inconnues et vastes de l’univers. Dans un monde qui s’écroule, l’humanité a besoin de ses héros mais cette fois-ci, l’ennemi n’est-il pas trop fort pour lui ? Un film qui se termine à l’annonce d’une suite qui présage le pire pour la Terre et l’univers entier.

Le MCU porte à l’apogée le film de super-héros en lui fournissant toutes les émotions que pouvait rêver de produire un spectacle de deux heures et demie dont le dénouement de personnages que l’on a suivi durant dix longues années est l’unique souhait du spectateur. Combat épique haletant qui dépasse la simple figure d’action et d’héroïsme déjà vue, en faisant place à une vraie excursion dans l’infini, qui ne demande qu’une suite pour clôturer une saga pleine d’ambition.

Avengers Infinity War : 4,5/5

Retrouvez notre critique sur Avengers Endgame : ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *